Si vous êtes à la recherche d’un emploi et que vous êtes mobile, avez-vous pensé à vous tourner vers le Maghreb ? Le Maroc en particulier dispose de secteurs qui recrutent : l’automobile, l’offshoring et les services aux entreprises par exemple sont en effet en plein boom économique. À seulement 3 heures de vol de la France, le ressortissant français qui choisit de s’installer au Maroc s’ouvre à de nouvelles opportunités professionnelles et à une immersion passionnante dans une autre culture.

Comment déménager au Maroc ?

Passer d’un pays à un autre peut effrayer, mais quand on est bien accompagné, le déménagement au Maroc se fait sans stress. Avec l’aide d’une entreprise familiale de déménageurs au Maroc, spécialisés dans le transfert international comme https://www.demenagement-france-maroc.com/, vous avez la garantie que vos affaires seront en sécurité et arriveront à bon port depuis la France jusqu’à Rabat, à Casablanca ou dans la ville marocaine où vous avez décidé de vous établir. Que vous installiez votre entreprise dans son nouveau siège social, que vous ouvriez une filière marocaine ou que vous ayez décidé d’habiter au Maroc avec votre famille, ces professionnels du déménagement s’occupent de tout : déclarations aux douanes, fret, garde-meubles, emballage du matériel, etc.

Il est indispensable d’obtenir un visa de travail pour exercer au Maroc quand on est Français, dans les 3 premiers mois qui suivent votre arrivée sur le territoire, ainsi qu’un permis de séjour. Pour demander ce permis, vous devrez disposer de :

  • votre contrat de travail
  • votre passeport
  • un bail au nom du demandeur (si un logement de fonction est fourni par l’employeur, il faudra en apporter la preuve)
  • un contrat d’autorité type Lydec au nom du demandeur
  • un formulaire blanc à demander en préfecture dans la ville marocaine
  • un formulaire de demande de séjour
  • des photos d’identité

Vous aurez également à régler des frais de dossier et de visa. Si ce permis est valable un an, vous pouvez le renouveler. Au-delà de 3 ans de présence régulière sur le territoire marocain, vous pourrez faire la demande d’un permis de séjour plus long (de 5 à 10 ans). Notons que 40% des besoins d’emploi sont concentrés sur le nord-ouest du Maroc, autour des villes de Tanger et de Casablanca.

Les secteurs marocains qui recrutent

L’ANAPEC (Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des compétences au Maroc) a publié en 2016 une étude qui révèle les secteurs les plus dynamiques dans le royaume, concentrant à eux seuls près de 44% des besoins des entreprises.

Le secteur des nouvelles technologies et de la communication est un des plus intéressants. En effet, le développement des télécoms et surtout d’internet a permis l’essor d’un grand nombre d’entreprises marocaines des métiers du web et de la téléphonie, à la recherche de techniciens, d’ingénieurs, d’infographistes et de développeurs principalement. Beaucoup d’entreprises étrangères choisissent de délocaliser une partie de leur activité au Maroc, ce qu’on appelle l’offshoring, car les conditions de travail leur semblent plus favorables que dans leur pays d’origine. Les plateformes d’appels représentent par exemple près de 66% des entreprises offshore au Maroc !

Mais l’industrie automobile et aéronautique n’est pas en reste, avec un bond de 23% en 2015. Une très grande partie des usines employant près de 90 000 personnes se situe dans les environs de Tanger, et un salon de la sous-traitance automobile s’y tient chaque année. Les dirigeants marocains ont manifesté leur volonté de développer le secteur de l’aéronautique, et l’institut IMA de Casablanca propose désormais des formations de très haute qualité capable de répondre aux besoins des compagnies internationales, se créant ainsi une base de diplômés compétents. Ce secteur en particulier est en plein essor et recrute massivement.

Enfin, les services aux entreprises, en particulier la protection des biens, la télésurveillance, le gardiennage ou encore la sécurité des événements sont autant de domaines très recherchés. Le tourisme, le BTP et l’enseignement privé sont également très actifs au Maroc.

LAISSER UN COMMENTAIRE