Le mois de juin est déjà bien entamé, c’est le moment des premiers départs en vacances ! L’occasion, pour l’Institut de veille sanitaire (InVS), de rappeler les gestes à adopter pour les voyageurs les plus vulnérables. Car outre les habituelles recommandations vaccinales susceptibles d’exister selon les destinations choisies, les personnes fragiles doivent se montrer vigilantes, histoire de passer un séjour en toute tranquillité et d’éviter d’éventuels désagréments.

Première population vulnérable : les femmes enceintes. Il n’est évidemment pas question de leur interdire de partir en vacances. En revanche, il faut bien être conscient que la grossesse nécessite une attention particulière et certaines conditions de voyage ne sont clairement pas adaptées à une telle situation.

Les experts de l’InVS déconseillent plus que fortement les longs voyages en avion en fin de grossesse (après le septième mois). Les compagnies aériennes refusent de toutes façons généralement l’accueil des femmes enceintes à partir de ce seuil. Les longs voyages en voiture sont également à proscrire, notamment si les routes empruntées sont en mauvais état.

Aucune activité physique extrême ne doit être pratiquée (mais est-ce vraiment une surprise ?). N’espérez pas faire de la plongée ou du trekking… Gardez à l’esprit qu’il est primordial, dans tous les cas, que les femmes concernées consultent leur obstétricien avant le grand départ.

Le cas des personnes âgées

Deuxième principale population fragile : les seniors. Cela s’explique par le fait qu’ils suivent bien souvent des traitements ou ont des pathologies à surveiller. L’InVS préconise la surveillance attentive des maladies chroniques chez les personnes âgées. L’existence de ces pathologies peut entraîner des complications, c’est la raison pour laquelle il convient de consulter son médecin avant le grand départ, histoire de faire le point.

En cas de fortes chaleurs ou de grand froid, les seniors doivent se montrer attentifs à leurs besoins et écouter leurs corps. À cet âge, il est plus difficile de s’adapter aux changements climatiques. Il convient de ne pas surestimer ses capacités physiques. Également plus sensibles à la déshydratation, ils doivent boire beaucoup d’eau et se protéger du soleil à l’aide d’un couvre-chef et de lunettes de soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *