Apple a annoncé la production de nouveaux appareils lors d'une conférence. Ceux-ci pourraient être faits de plastique recyclé et d'aluminium. Apple cherche donc à gagner des points par rapport à l'environnement. Cela peut améliorer son image par rapport à la concurrence. Mais qu'est-ce que c'est vraiment?

De quoi s'agit-il

Apple continue de proposer des objets de plus en plus futuristes. Pour sa keynote, il a dévoilé de nouveaux prototypes qui feront évoluer ses appareils. On parle ici d'un nouvel ordinateur portable ultraléger de la gamme MacBook Air. Il est fabriqué à partir d'aluminium 100% recyclé. De plus, il y a deux autres articles dont :

– Un iPad Pro ; – Un Mac Mini.

Les prix sont assez élevés mais Apple balance le tout en évoquant ses actions sur l'environnement.

MacBook Air : réduire son empreinte carbone en une décennie

Il ne faut pas oublier que le premier MacBook Air a été lancé par l'ancien PDG d'Apple, Steve Jobs. Son successeur, Tim Cook, décide alors de dévoiler la dernière version de ce portable qui fait 1,56cm d'épaisseur. A noter que la variante originale de sa part mesurait 1,94 cm d'épaisseur. Ce nouveau modèle se caractérise par une réduction de l'empreinte carbone selon Apple. Ce prototype de MacBook sera disponible à partir du 7 novembre aux États-Unis. Elle se vendra 1199$, soit 200$ de plus que la version simple. De plus, Apple a décidé de lever le voile sur une nouvelle version de l'iPad Pro. Ses capacités sont améliorées par rapport à la vitesse du processeur et à l'image. L'épaisseur de cet appareil est de 5,9 mm. Il n'a pas de bouton central.

La pomme et l'économie circulaire

En 2017, l'entreprise à la pomme croquée avait fait allusion aux principes de l'économie circulaire qu'elle applique également à ses iPhones. L'objectif est de concevoir des appareils fabriqués avec des éléments recyclés. Force est de constater qu'Apple semble coller à la sphère écologique. En espérant que grâce à cela, les utilisateurs oublieront le problème de l'obsolescence programmée qui a sérieusement terni la réputation du géant américain.

En 2010, Apple faisait partie des entreprises qui voulaient se débarrasser des retardateurs de flamme bromés et des PVC. De plus, un rapport de Greenpeace a inclus Apple parmi les entreprises qui se concentrent sur le secteur environnemental. Cependant, cela n'affecte pas la réparabilité de son équipement. Elle devrait encore s'y engager, et elle s'est opposée au droit à réparation et c'est loin d'être le bienvenu.

La partie cachée de l'iceberg

Le recyclage du plastique et de l'aluminium n'est que l'aspect visible. Elle consiste uniquement à finir le produit à l'extérieur (son enveloppe, sa structure, etc.). Le fonctionnement de l'appareil est cependant assuré par les composants de l'ordinateur. Ce n'est pas si extraordinaire. Greenpeace fait également don de la note B à Apple pour ce choix. Elle a conclu des accords avec des sociétés de recyclage afin que certains composants de l'appareil soient systématiquement détruits.

Et l'importance de la concurrence…

Il n'y a pas si longtemps, Amazon a également pensé à réduire son impact environnemental. Ce géant du e-commerce, de son côté, prend en effet conscience de son activité de livraison qui utilise chaque année des milliers de tonnes de déchets. Ainsi, cet utilisateur d'emballages entend faire un investissement de 10 millions de dollars pour aider la société Closed Loop Fund dans le programme de collecte séparée qui touche principalement les municipalités américaines. Étant donné qu'Apple est à la hauteur de tous les défis, il est naturel qu'elle veuille bien paraître dans tous les domaines.