La cause du divorce affecte-t-elle son coût?
Comment estimer le coût d'un divorce?
Réduire le coût du divorce avec la nouvelle procédure
Le divorce est une solution radicale. A utiliser en dernier recours, le divorce se présente comme la seule issue dans certaines situations, mais il a aussi un inconvénient majeur : le coût. Le coût du divorce peut atteindre des sommes colossales, plus la procédure dure longtemps, plus l'argent sera perdu.

La cause du divorce affecte-t-elle son coût?

Il est évident qu'un divorce à l'amiable ne coûte pas autant qu'un divorce pour faute. Les divorces, selon la cause, nécessitent des procédures spécifiques :

– Divorce par faute : c'est un divorce dont la cause est une faute grave commise par le conjoint (violence, adultère, irresponsabilité, etc.). – Divorce sans faute consensuelle : ici le divorce est demandé par les époux sans culpabilité et avec consentement sur les conséquences de cette dernière. Ce divorce est particulier car il peut être le moins coûteux en engageant la procédure de divorce sans juge. – Divorce sans faute mais sans plein consentement mutuel : ce type de divorce, par rapport au précédent, diffère en ce que les époux ne s'entendent pas sur les conséquences du divorce mais s'entendent sur le fait du divorce.

Comment estimer le coût d'un divorce?

La cause du divorce est l'élément le plus important à respecter pour estimer le coût. En effet, le divorce le plus cher est un divorce pour faute car il implique plusieurs sujets comme les avocats, les notaires, les juges, les enquêtes sociales…etc mais pas que! Les conséquences du divorce doivent être considérées comme une pension alimentaire.

Le coût d’un divorce est élevé voire parfois très élevé en raison de :

– Les frais d'avocats : ils peuvent facilement atteindre des milliers d'euros, notamment en cas de divorce pour faute. Seul le divorce sans juge permet d'avoir un seul avocat pour les deux époux, réduisant ainsi le coût du divorce. – Frais de notaire : les frais de notaire pour le divorce lui-même ne sont pas du tout significatifs mais les impôts augmentent en raison des conséquences du divorce comme le partage des biens. – Conséquences du divorce : Entre la pension alimentaire et le partage des biens, les conséquences du divorce se répercutent sur le coût, surtout sur le long terme.

L'idéal, si possible, est d'obtenir un divorce sans juge, pas cher et rapide, c'est idéal d'un point de vue financier mais reste difficile du fait de ces conditions.

Le divorce est une procédure coûteuse, en moyenne le divorce coûte environ 1000 euros au minimum sachant que cette somme peut doubler voire tripler mais vous pouvez utiliser les aides publiques pour réduire les frais.

Réduire le coût du divorce avec la nouvelle procédure

Auparavant, les époux devaient comparaître devant un tribunal pour prononcer le divorce. Cela a demandé une vraie patience, car les retards étaient considérables. Débordé par la justice dans ces affaires, le gouvernement a décidé d'entreprendre une nécessaire modernisation. Vous pourrez alors opter pour les services d'un avocat en droit de la famille qui aura la possibilité de vous défendre afin de ne pas vous léser lors de cette procédure souvent très difficile.

– C'est le notaire qui s'occupe de l'enregistrement du divorce, les délais sont donc plus courts. – Vous économisez également de l'argent, car vous ne payez que les taxes et les frais liés à l'enregistrement du document. – Chacun des époux doit engager un avocat, vous devriez donc consulter un expert en droit de la famille.

Il est difficile de proposer un prix pour un divorce par consentement mutuel, car tous les offices pratiquent des tarifs différents. Il convient donc de se renseigner sur les pratiques et notamment de s'attarder sur les prestations ainsi que sur la qualité révélée. En général, le bouche à oreille est aussi intéressant que les avis laissés par les clients précédents. Vous choisirez alors le meilleur avocat pour que ce divorce soit en votre faveur, car il peut être complexe lorsque de nombreux biens sont en commun.