Sur le plan émotionnel, devenir mère est une véritable épreuve émotionnelle.

Outre les problèmes hormonaux habituels, toutes les mères subissent un stress excessif de la part de leur bébé à naître, car elles ont généralement une peur avouée ou non reconnue de faire une fausse couche.

Bien qu'il soit naturel, ce dernier est un événement traumatisant sur le plan physique et psychologique et se manifeste généralement par une perte de sang abondante et des douleurs dans le bas-ventre.

Lorsqu'elle survient au cours des premières semaines de grossesse, on a souvent tendance à la confondre avec les menstruations.

Pour pouvoir différencier facilement les règles des fausses couches, alors parcourez cet article.

La fausse couche, un événement qui passe souvent inaperçu

Lorsqu'il survient au cours des premières semaines de grossesse, l'avortement est très discret. Parfois, certaines femmes ne se rendent pas compte qu'elles ont vécu cette situation et évoquent des règles un peu plus abondantes que d'habitude et qui s'accompagnent dans certains cas de douleurs au ventre.

Dans la mesure où les symptômes ne débutent qu'une dizaine de jours après l'interruption de grossesse, elles ne découvrent l'avortement que lors du bilan échographique.

Pour différencier les fausses couches des menstruations, il faudra donc se concentrer sur plusieurs symptômes.

Les saignements vaginaux sont l'un des principaux symptômes à surveiller, car leur abondance varie en fonction de l'état d'avancement de la fausse couche. De légères pertes peuvent donc être des signes annonciateurs d'une fausse couche, même si elles ne sont pas à confondre avec les règles d'anniversaire. Ces petites hémorragies peuvent en effet survenir aux dates habituelles des règles de la femme enceinte. Dans certains cas, ce saignement reflète également le décollement partiel de la membrane qui entoure le fœtus et qui formera ensuite le placenta. Bien que cela n'ait souvent pas d'impact particulier sur la suite de la grossesse, il est recommandé de bien se reposer pour réduire les risques de complications.

Les douleurs du bas-ventre qui irradient parfois vers le dos sont également des symptômes à surveiller, car elles ressemblent indubitablement à celles ressenties par les femmes pendant leurs règles et sont causées par l'évacuation de caillots sanguins. Lorsqu'elle ne sait pas qu'elle est enceinte, une femme qui fait une fausse couche ne pourra donc pas s'en rendre compte, car elle pensera qu'elle a encore ses règles. Moins fiable que les deux précédents, le troisième symptôme à surveiller est l'arrêt brutal des signes de grossesse chez les femmes qui savent déjà qu'elles sont enceintes. Certains de ces signes de grossesse incluent :

– Fatigue; – Douleur des sinus; – Nausées sévères au cours du premier trimestre.

Cependant, la disparition de ces signes doit être prise avec des pinces, car elle pourrait également être due au déroulement normal de la grossesse. Après 14 semaines d'aménorrhée, la survenue d'une fausse couche est également qualifiée de tardive et peut entraîner des pertes de liquide amniotique et des contractions. Pour obtenir des informations précises et surtout fiables, il est préférable de consulter votre médecin.

Annulez ou confirmez vos doutes avec une échographie précoce

En fonction des différents symptômes évoqués, votre gynécologue pourra procéder à différents contrôles.

Grâce à l'examen gynécologique qu'elle réalise, elle pourra avoir des informations précises sur la taille de votre utérus ainsi que sur son adéquation à l'âge probable de votre grossesse.

S'il dispose d'un système d'échographie, ce professionnel de la santé pourra obtenir des informations précises très rapidement. Par conséquent, en cas de fausse couche précoce, il ne pourra pas voir l'embryon dans son ovule. Si 5 semaines se sont écoulées depuis l'aménorrhée et qu'il n'enregistre pas de battement de cœur, il pourra également détecter la fausse couche.

Les règles peuvent apparaître au premier trimestre

Contrairement à la croyance populaire, si vous avez vos règles, cela ne signifie pas que vous n'êtes pas enceinte. La réalité est souvent très différente en raison des règles dites d'anniversaire. Ils peuvent donc apparaître durant les premiers mois de fécondation. Par conséquent, les règles n'ont pas nécessairement de lien avec une fausse couche, mais dans la plupart des cas, il est fortement recommandé de se renseigner auprès d'un gynécologue afin qu'il puisse établir un diagnostic.

Rappelez-vous que les menstruations ne signifient pas une fausse couche au cours du premier mois. – Faites quand même un test de grossesse pour valider cette hypothèse, car si vous êtes enceinte vous devez organiser votre quotidien. – Si vous n'avez pas de test positif, les règles traditionnelles s'appliquent et aucun changement ne doit être identifié. – Lorsque les menstruations apparaissent avec certains symptômes tels que des douleurs intenses en attendant un bébé, consultez un médecin. – Si la situation est difficile à supporter, rendez-vous immédiatement aux urgences les plus proches pour des examens complémentaires.

L'échographie est généralement essentielle pour identifier avec succès un problème. C'est pour cette raison que nous vous conseillons de consulter dès que vous avez un doute. S'il s'agit du premier enfant que vous attendez et que ces règles vous sont révélées, informez-en un gynécologue ou un médecin. Parfois il vaut mieux avoir un rendez-vous inutile, cela vous évite de rater un vrai problème.