En mettant son nom en jeu, en se différenciant de ses concurrents en tant qu'entreprise basée sur la confidentialité et la sécurité, Apple risque des conséquences négatives plus graves pour avoir enfreint ces règles.

Apple a misé sa réputation sur la sécurité comme d'autres grandes entreprises ne l'ont pas fait, ce qui l'expose à un risque accru de rechute en cas d'incident de sécurité.

Facebook et Google ont fait des déclarations similaires, mais plus modérées, en faveur de la vie privée. Mais leur proposition commerciale et leur valeur pour les investisseurs ne reposent pas sur cette pratique.

Le grand manitou de la société à la pomme parle du sujet

Pour les géants de la technologie Apple, Facebook et Google, la semaine dernière a été marquée par une rhétorique passionnée sur la confidentialité et la sécurité. Mais parmi eux, Apple est l'entreprise qui a le plus à perdre de sa position en la matière.

Dans un discours à Bruxelles appelant à des réglementations plus strictes en matière de confidentialité, le chef d'Apple, Tim Cook, a vivement critiqué les entreprises technologiques qui utilisent des données personnelles pour gagner de l'argent. Même s'il s'est bien gardé de mentionner Facebook et Google, il était assez évident qu'il en parlait. Parfois, il semblait avoir des problèmes avec la technologie elle-même, citant Henry David Thoreau à un moment donné : « Nous ne prenons pas le chemin de fer », dit-il. "Cela nous chevauche. Cela fait partie d'une philosophie d'entreprise mondiale, souvent répétée par Cook et dans le marketing d'Apple, selon laquelle" la confidentialité est un droit humain. "

Apple jugé hypocrite par ses concurrents

Ces affirmations ont attiré l'ire des concurrents et des critiques d'Apple. L'ancien chef de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, a répondu en disant que les déclarations de Cook étaient hypocrites parce que la société chinoise ne traite pas ces citoyens de la même manière.

"Apple doit clarifier le fonctionnement d'iCloud en Chine et cesser de créer des précédents qui nuisent à la volonté des entreprises américaines de répondre aux souhaits de sécurité nationale du Parti communiste chinois", a-t-il tweeté.

Le différend s'étend sur de nombreuses années, de nombreux tweets, de nombreux discours et ne fera que s'accroître.

Mais financièrement, Apple a plus à perdre en se positionnant ainsi. En effet, lorsque votre entreprise est axée sur la confidentialité et la sécurité, il est préférable de ne pas avoir de violation majeure de l'un ou l'autre.

Un poste risqué

Le discours de Bruxelles fait partie d'une longue série de commentaires concis de Cook sur Google et Facebook. De cette façon, Apple s'est imposé comme une entreprise qui facture une prime pour ses produits – l'iPhone le plus cher du marché coûte plus de 1 400 $ – mais ne conservera pas vos informations personnelles dans le cadre de l'accord. Facebook et Google, quant à eux, ont intérêt à promouvoir leurs services comme plus démocratisés, sans les coûts d'entrée élevés, accessibles à tous.