A l’heure où l’écologie prend de plus en plus d’importance dans le monde qui nous entoure, le « bio » est aujourd’hui presque incontournable, dans tous les domaines. Y compris dans la médication avec la phytothérapie.

La phytothérapie est la définition générale d’une médecine basée sur les plantes en général: leurs extraits et leurs principes actifs. La phytothérapie est en fait le nom générique pour trois types de pratique.
La première pratique de phytothérapie est une phytothérapie traditionnelle. C’est une utilisation des plantes directe, sans preuve scientifique. Ainsi, c’est une phytothérapie purement empirique.

La phytothérapie moderne se base plus sur l’identification et la standardisation des principes actifs de différentes plantes. Elle est soumise à une grande régulation sur les marchés. Cette phytothérapie conduit généralement à la fabrication massive de médicaments, délivrés exclusivement en officine. Cette phytothérapie est aussi appelée pharmacognosie ou biologie pharmaceutique.
Enfin, la dernière pratique de phytothérapie est une pratique que nous utilisons tous plus ou moins consciemment. En effet, une alimentation équilibrée, composée de certains aliments spécifiques aux vertus reconnues est une forme de phytothérapie.

Se soigner grâce à la phytothérapie se fait de différentes manières. Une façon très connue est la tisane. En effet, une multitude de tisanes aux effets ciblés et variés sont dans le commerce depuis des siècles. L’effet de la camomille, par exemple est connu de tous.
Mais de plus en plus de poudres et de gélules font leurs apparitions dans les traitements dephytothérapie. L’intérêt de ces voies est que la prise est plus discrète et parfois plus pratique. Ces dernières sont prises généralement en complément d’alimentation. Les gélules pour perdre du ventre grâce à des principes actifs naturels sont courantes de nos jours.
Mais il convient de faire la part des choses. Toute médication par « la voie des plantes » n’est pas forcément de la phytothérapie. Par exemple, les ampoules buvables ou les huiles essentielles forment une branche distincte: l’aromathérapie, différente de la phytothérapie générale.

La phytothérapie a l’image d’une médecine bio par excellence. Toutefois, grâce aux progrès de la médecine et de la chimie, les médicaments sont fabriqués soit à partir d’éléments naturels (récupérés par exemple via une extraction), soit à partir de molécules synthétisées en laboratoire. Pour faire un parallèle à la phytothérapie, on peut citer en ce sens l’aspirine. D’origine naturelle, on la synthétise désormais en laboratoire, pour un effet identique.

Ainsi, la phytothérapie se distingue en différents types. Mais cette médecine a de l’avenir. La phytothérapie est plus ou moins rentrée dans les moeurs, et le coût de fabrication de médicaments est très peu élevé pour les entreprises pharmacologiques.
Enfin, la phytothérapie est l’assurance d’une médecine saine, et bon pour le corps lorsqu’elle est bien appliquée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here