Après des années et des années de pollutions diverses, nous avons pris conscience qu'il fallait faire marche arrière dans notre façon de gérer les déchets. Mais comment faire alors que partout sur le globe, nous en produisons chaque jour davantage ? Il y a plusieurs réponses possibles à cette question et aux diverses préoccupations qui lui sont attachées. Mais en premier lieu, l'important est de pouvoir trier ces déchets en fonction de leur nature, puis d'envisager la meilleure façon de les prendre en considération, pour voir lesquels sont susceptibles d'être recyclés, et lesquels doivent être pris en compte avec la plus grande attention, du fait qu'ils peuvent être dangereux ou potentiellement dommageables pour celles et ceux qui pourraient les manipuler.

La gestion des déchets médicaux 

Il existe donc de multiples déchets, qui correspondent à la fois aux diverses activités professionnelles et notamment industrielles qui en génèrent au quotidien, et à ceux que nous, consommateur lambda, produisons du fait de nos activités domestiques. Parmi les résidus d'activités professionnelles, on retrouve les déchets appelés DASRI, qui sont particulièrement délicats puisque provenant d'activités médicales. Il est donc susceptible de transmettre à ceux qui le manipulent des maladies, c'est pour cela que des précautions particulières sont prises lorsqu'il s'agit de les collecter et de les transporter.

Les déchets issus de l'industrie

Là il s'agit d'un problème d'une ampleur bien plus importante. Il a nécessité des réunions au niveau international, avec des prises de décisions politiques de la part de nos dirigeants, puisque c'est à la hauteur de tout un marché que le problème se pose. Or ce marché aujourd'hui il traverse les frontières, les mers et les océans, du fait que l'économie est mondialisée. Ainsi grâce aux efforts des uns et des autres pour réduire ces déchets et surtout pour trouver ensemble des solutions pour leur gestion, on a pu avancer. Mais il reste encore beaucoup à faire.

LAISSER UN COMMENTAIRE